Blog

5. mai, 2021

Les pratiques artistiques en Atelier développent l'aptitude et le goût de la création ; elles apprennent à l'élève l'autonomie, la gestion des diverses formes d'intelligence et de sensibilité émotionnelle.

L'expression théâtrale fait partie des arts de la représentation, donc est un véritable outil pédagogique puisque nombres d'apprentissages passent par cette technique. Le théâtre favorise une expérience de communication nouvelle, différente de celles auxquelles les élèves sont accoutumés.

 L'objectif est de donner aux public concernés (enfants, ados, adultes,) des outils d'expressions de l'art dramatique : accorder une place centrale aux corps, apprendre à gérer l'espace : celui des autres, celui de l'autre, le sien. Découvrir la notion de contact et tout ce qui s'expérimente avant même l'approche du texte au sein du groupe. Respiration, relaxation, improvisation et imagination. Leur apprendre les mots du théâtre, à les entendre réellement, à ne pas seulement lesécouter, mais à trouver leur poésie, que ce soient des mots dits ou chantés. Des séances ludiques et pédagogiques seront agencées autour du conte, de poèmes et récits.

La représentation d'un spectacle est prévue en fin de parcours. Partant sur une période de neuf mois, le choix du spectacle et le travail de répétition ne peuvent se faire dès la rentrée. L'intervenant-artiste doit, au préalable, connaître le groupe dans sa globalité ainsi que la personnalité de chacun des élèves.

Il est aussi très important que chaque élève puisse accomplir un travail de connaissance de lui même et de sa place dans le groupe, afin de mettre son énergie au service de la création collective. Partant de l'individu concerné (de sa dynamique, de son corps, de sa personnalité, de ses comportements, de ses représentations, de ses relations sociales dans sa famille mon objectif sera de l'incliner, pas à pas, vers une ouverture de sensibilité, en cadrant et en structurant son potentiel créatif.

L'enjeu sera d'emmener le groupe et chaque individu à bousculer ses références quotidiennes. Cette quête conditionne une reconnaissance du plaisir de se découvrir tel qu'ils ne se l'imaginaient même pas. Ma position artistique oscillera donc entre l'empathie (être avec l'élève dans une relation dynamique) et l'objectivation, analysant, appréciant de l'extérieur la réalisation de chacun et du groupe.

Les participants expérimenteront les modes de fonctionnement du langage artistique en découvrant les spécificités du corps et de l'espace. La difficulté d'apprentissage des différentes formes de langages par chacun et par le groupe, puisque le théâtre est bien celui d'un langage multiple (du geste, de la parole, du rythme, de l'espace, se fera progressivement par la découverte de chacun de sa propre vérité par une exploration du verbe quand i l s'inscrira dans une pratique corporelle.

L'approche de l'atelier théâtre avec les élèves (enfants, ados, adultes) insistera sur le travail du texte, dans une démarche d'investigation littéraire (la lecture du texte de la pièce a joué, la compréhension du texte, la mémorisation du texte par un contrôle individuel et collectif) avant de le mettre en scène. Ils aborderont également la maîtrise de la langue orale à travers la diction, la voix et ses effets, la respiration et l'écoute.

Pour l'ensemble des classes il sera nécessaire de fréquenter des lieux de création et d'inviter les élèves a aller au spectacle en tenant compte de leur âge ; et d'axer cette démarche de manière pédagogique en préparant les élèves avant la sortie au théâtre et de discuter de la pièce après le spectacle.

Envisager une représentation pour l'ensemble des classes est important, (même si elle ne constitue pas un but en soi) car elle apporte aux élèves de multiples connaissances : elle fixe les apprentissages, aide à trouver en soi sa propre expression.

Ce projet artistique autour du jeu dramatique a pour objectif le développement des capacités suivantes: Inventer. Oser parler de ce qui intéresse personnellement. Expérimenter les modes de fonctionnement d'un langage artistique en découvrant sa spécificité (corps, espace, voix, Poser un regard critique et bienveillant sur les jeux des autres participants.

Ce projet artistique autour et à travers le « jeu dramatique » mettra l'accent sur le processus, sur le jeu en train de se faire; La pratique sociale du théâtre sera adaptée en fonction du groupe.  Quel sera donc le chemin parcouru ?

 En fin de parcours, chaque établissement présentera le travail réalisé autour d'une pièce de théâtre ; l'objectif significatif se résultera pour les élèves en ses points :

-         Apprendre à écouter

-         Apprendre à se risquer

-         Apprendre l'espace et les espaces

-         Apprendre à connaître son corps

-         Apprendre à développer sa sensibilité

-         Apprendre à travailler son imaginaire

-         Apprendre l'humilité

-         Apprendre à se regarder

-         Apprendre le collectif

-         Apprendre la rigueur

-         Apprendre différentes formes de langages.

Pour une meilleure efficacité pédagogique et artistique i l est souhaitable de respecter le minimum du temps des cours pour chaque tranche d'âge:

-         Enfant : minimum une heure d'atelier

-         Ados : 2 heures

-         Adultes : 3 heures (peut être répartie sur deux séances de 1h30 chacune )

Pourquoi et comment intégrer le théâtre dans sa classe ?

Initier les enfants au théâtre, dans le cadre de l'éducation artistique et culturelle à l'école, c'est favoriser leur rencontre avec des textes, des métiers, des lieux, c'est les accompagner dans la construction de savoirs, dans l'appropriation de codes mais c'est aussi leur donner l'occasion de s'essayer, même de façon courte et expérimentale, à une pratique qui engage le corps et les sens.

En mettant les enfants en situation de jeu, on leur permet de découvrir et d'analyser ce qui fonde les ressorts de la théâtralité, de ressentir cette communauté de présence qui conditionne leur ouverture au monde. Telle est l'ambition du projet de formation que porte le théâtre, et plus globalement les arts de la scène: mieux comprendre le monde, mieux se connaître soi, découvrir l'autre, mieux se situer soi parmi les autres, apprendre le pouvoir des mots pour mener sa vie, mieux connaître cette forme d'art qui nous « représente » le monde, la vie et les passions humaines sous une forme concentrée et symbolique.

Un atelier théâtre municipal peut aussi se décliner sous des formes d'initiation lors de stages ponctuels ou Masterclass, dans des centres de loisirs , en s'inscrivant par exemple dans le calendrier des vacances scolaires et des activités périscolaires.

25. août, 2020
Nouvel article de presse Merci au journalle progrés et à Mme Josette Robin pour cet article.
 
L’association vient de s’installer à Saint-Laurent-sur-Saône. C’est là qu’elle donnera la première représentation de la pièce de théâtre, tirée du livre éponyme dans lequel Antoine Maldémé a souhaité raconter son combat pour marcher de nouveau mais aussi sensibiliser le public à travers les ressentis des personnes face au handicap.

« Mon kiné, non-voyant, m’a démontré qu’on peut toujours s’en sortir »

Il raconte son histoire : « Après mon accident qui m’a laissé de lourdes séquelles à la jambe et au bras, j’ai réussi, certes un peu “tordu”, à remarcher de nouveau. Cette résilience, je la dois à ma famille, omniprésente à mes côtés, mais surtout à mon kiné qui, non-voyant, m’a démontré que, malgré le handicap, on peut toujours s’en sortir. »

Au bout de trois ans, Antoine reprend, à mi-temps, son métier de cuisinier. Quelques années plus tard pour, dit-il « me jeter dans l’arène, vaincre le regard des autres et retrouver une vie sociale que j’avais perdue », il décide de se mettre à son compte et ouvre une pizzeria.

Malgré le succès de son entreprise la fatigue prend le dessus et, en 2010, il se voit contraint de cesser son activité. Mais, bien vite les contacts lui manquent. Il achète une sandwicherie à Mâcon qu’il tiendra pendant trois ans avant d’arrêter, pour la même raison.

À partir de là, il reprend le recueil où il consignait, jour après jour, le quotidien de ses journées d’hôpital. En collaboration avec sa compagne, Agnès Desprès, il décide d’en faire un livre qu’il intitule Le Souffle de l’espoir du nom de l’association qu’il crée parallèlement.

Tout pour la bonne cause

Dans ce cadre, il organise différentes manifestations : conférences dans les lycées, les collèges, les MJC, afin de sensibiliser les jeunes aux dangers de la route. Les bénéfices de la vente du livre et les dons recueillis sont versés au profit de l’Institut pour la recherche sur la moelle épinière (IRME).

Cette année, Antoine a souhaité propulser sa démarche de sensibilisation à travers le théâtre, afin d’aider les accidentés de la route et de la vie à se reconstruire. Aidé d’un professionnel et de sa compagne, il a, d’après le livre, écrit un scénario et s’est mis à la recherche de comédiens via Facebook. Une dizaine, dont certains ont déjà fait leurs preuves sur les planches, a répondu avec enthousiasme. La troupe est aujourd’hui prête. Poursuivant sur sa lancée, Antoine a en projet la réalisation d’un film. « Nous avons proposé le rôle du kiné non-voyant à Pascal Légitimus qui s’est montré très intéressé. Le scénario est entre ses mains, on attend la suite. »

L’association est à la recherche de partenaires sponsors pour l’aider dans la communication des événements qu’elle organise. Contact : 06.81.14.58.64 ou lesouffledelespoir@gmail.com - site internet : http://www.lesouffledelespoir.fr

16. avr., 2019

C’est une rencontre exceptionnelle qui a clôturé la semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées, vendredi. Antoine Maldémé, auteur du Souffle de l’espoir, était à la médiathèque, pour échanger sur son combat face au handicap. Tétraplégique suite à un grave accident de moto, il est parvenu à surmonter sa souffrance et s’est remis debout. Son expérience de vie et son message d’espoir ont été largement relayés, sous l’impulsion de l’équipe de Cap-Emploi/Handisertion et avec le soutien de Jean-Pierre Mathieu, conseiller délégué en charge de la politique d’intégration des personnes en situation de handicap.

1. nov., 2018

Lycée René Cassin - Sécurité routière : « ce témoignage fort et prenant… ».

Le lycée Cassin a accueilli Antoine MALDEME, ancien tétraplégique revenu de l’enfer suite à un accident de circulation à l’âge de 22 ans. Cette action était pilotée par monsieur Iannella.
Lors du récit de son expérience, retranscrite dans son livre « un souffle d’espoir », Antoine raconte son incroyable aventure suite à un dramatique accident de moto.
Le pas hésitant, les mots parfois bloqués dans la gorge, mais un regard toujours plein de vie ; c’est dans ce contexte que les 65 élèves, répartis en 4 groupes, ont été accueillis par Antoine.
C’est en toute simplicité, sans tabou et avec sincérité, qu’Antoine a partagé durant près de deux heures « son bout chemin ».
« Histoires ordinaires » d’une personne en situation de handicap : « j’avais honte de me faire laver par des aides-soignantes plus jeunes que moi ; j’étais la cible de regards de pitié, de discrimination de la part des gens dits normaux ; j’ai compris ce que « être exclus de la société » voulait réellement dire, me rabaissant parfois, à payer les tournées dans les bars à ces soit disant amis pour qu’ils m’emmènent avec eux et que je ne me retrouve pas seul… J’ai aussi fait souffrir mes proches ; ces proches, compagnons d’infortune et victimes malgré eux, oscillant entre larmes et dépression ; j’ai eu tant de fois, l’envie de mourir, je souffrais, mais je ne me suis rendu compte que bien plus tard, à quel point eux aussi avaient soufferts. Et oui, on emporte toute sa famille et ses amis dans l’accident ».
Puis « au fond du trou, là où ne vit plus aucun espoir et où règne la mort, mon mentor, ce kiné plein de vie, de bonté et de bienveillance, aveugle de naissance, m’a montré la voie. Un bouleversement s’est alors s’opéré en moi, au milieu des ténèbres, sur le sol aride et volcanique de mon âme, l’espoir s’est mis à renaître ».
Puis s’en suit un destin extraordinaire, « une renaissance, petit à petit, à force de volonté, de souffrance, d’abnégation, j’ai recouvré mon corps.
Parfois mal à l’aise, touchés assurément, les élèves ont été émus face à ce récit alternant pudeur et réalité crue. Les élèves ont été captivés par ce témoignage fort et prenant.
Le rôle éducatif de l’école, au-delà de l’aspect réglementaire revêt surtout, un aspect humain.
Il est évident qu’une intervention comme celle d’Antoine permet de « toucher » les jeunes bien plus que de longs discours académiques parfois un peu théoriques.
Les retours sont très positifs de la part des enseignants ayant fait une exploitation en classe suite à l’intervention de ce témoignage de vie.
Nous souhaitons plein de courage à Antoine pour les échéances médicales à venir.
Encore merci pour ta générosité et au plaisir de partager à nouveau ce souffle de vie et d'espoir à tes cotés.