7. oct., 2016

À Delphine.

"Tout a commencé, par une bande de potes, des mobylettes, des après-midi crêpes, chez tes parents, des moments de rigolades, des fous rires complètement farfelus, des moments de tristesse, de confidences, tant de moments partagés que je n’oublierai jamais.

Delphine, cette tragédie t’a abattue d’un coup d’un seul, devant cette désolation et cette amertume, un dur silence t’avait étouffé, peu de mots sortaient de ta bouche, mais j’avais bien compris que toi aussi tu pouvais souffrir. Il est dur de voir les sentiments de certaines personnes, mais avec toi, pas besoin de parler, ton regard me suffisait. Je préférais perdre tes mots qu’une amie.

Je voudrais te dire que malgré toutes les souffrances que j’ai pu endurer, tous ces moments difficiles et malgré ce handicap que j’ai encore. Je ne t’en veux pas du tout, ce n'est pas toi que je condamne, c'est cette fatalité qui nous a meurtris, nous et nos familles.

Nous avons encore aujourd’hui beaucoup de difficulté à parler de cet accident, ce sujet demeure très sensible. Dès que l’on aborde cette discussion, une larme ou deux coulent et l’on essaie toujours de les essuyer avec la plus grande discrétion. Malheureusement, chacun de nous connaît ses propres souffrances, faire taire ses peines pourquoi s’interdit de les partager.

Lorsque je te rencontre, c’est une amie que j’ai en face de moi, une personne qui a un grand cœur, une grande sensibilité et j'ai considérablement d'estime pour toi. De cette épreuve, de notre tristesse, rien n'a en aucun cas brisé notre amitié, cela a seulement écorché notre jeunesse et émietté notre cœur.

Quand je raconte l’accident à des personnes, je leur dis :

- « J’allais voir une amie, nous nous sommes croisés sur la route, je lui ai fait un signe de la main pour lui dire que j’arrivais, nous ne nous sommes pas compris, nous avons fait chacun demi-tour de notre côté et nous nous sommes heurtés à cause d’un manque de visibilité.

Beaucoup de personnes sont surprises des faits.

Pour moi cela restera qu’un accident et tu seras à tout jamais mon amie.
"